User Tools

Site Tools


fr:captions_marble

Differences

This shows you the differences between two versions of the page.

Link to this comparison view

fr:captions_marble [2017/08/22 01:13] (current)
admin created
Line 1: Line 1:
 +===== Légendes de la section consacrée au marbre de Musso =====
 +-----
 +\\
 +
 +^  Document ​ ^  Légende ​ ^  Notes  ^
 +| {{ :​media:​marble:​mm_milano_arco_pace2.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ L'arc de la paix à Milan, œuvre du XIXe siècle, réalisée en marbre de Musso. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_como_duomo.jpg?​225x150 }} | À droite :\\ La cathédrale de Come, presqu'​intégralement réalisée en marbre de Musso. Cet édifice, agrandi et modifié au fil des époques, a conservé l'​aspect éblouissant du marbre de Musso. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_milano_arco_pace1.jpg?​225x150 }} | Ci-dessus :\\ L'arc de la paix à Milan.\\ Un article, publié le 1er novembre 1928 dans le “Corriere della Sera”, célébrait le temps record de la réalisation de l'​œuvre dans laquelle fut essentiellement employé le marbre de Musso. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_musso_aerea_1960.jpg?​225x150 }} | Ci-dessus :\\ Photo aérienne de Musso prise au début des années 1960. Bien que prise en noir et blanc, la zone d'​extraction du marbre ressort clairement. |  Photo: Ilaria Barbieri ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_microscopio1.jpg?​225x150 }} {{ :​media:​marble:​mm_microscopio2.jpg?​225x150 }} {{ :​media:​marble:​mm_microscopio3.jpg?​225x150 }} | Le marbre de Musso vu au microscope à balaiement électronique.\\ Cristaux de calcite avec traces de rupture et accrétions. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_luigi_scalini.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Photo de M. Luigi Scalini avec probablement l'une de ses filles. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_sandri.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Photo de M. Sandri, ouvrier de la société Scalini et sculpteur par passion. On raconte qu'il s'​asseyait parfois sur le rivage et sculptait de petits blocs de marbre : les sujets variaient, de visage de femmes à animaux. Assez curieusement,​ ses œuvres une fois terminées, il les jetait dans le lac. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_montanari_volanetto1.jpg?​150x225 }} {{ :​media:​marble:​mm_montanari_volanetto2.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Copie du dépliant publicitaire relatif au brevet de M. Mario Montanari.\\ En quelques mots, la méthode Montanari permettait une économie de temps lors du remplacement de la poulie de renvoi du câble hélicoïdal employé dans la taille du marbre.\\ Alors qu'​antérieurement cette poulie était constituée d'une unique pièce de fusion en fonte, le fait d'​être composée de deux parties distinctes permettait la substitution de la roue à gorge, d'où économie de temps et d'​argent. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_montanari_volanetto_piani.jpg?​225x150 }} | Ci-dessus :\\ Plans de construction de la poulie de renvoi conçue par Mario Montanari |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_montanari_volanetto_brevetto.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Copie du brevet déposé en 1938 en Italie. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_montanari_volanetto_previeri.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Une facture, émise par la société Natale Previero de Come, adressée à Mario Montanari pour la construction de la poulie de renvoi. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_montanari_volanetto_detriti.jpg?​225x150 }} | Ci-dessus :\\ Plans de construction d'une installation de déchargement des déchets de fabrication destinés à être concassés. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave_vita1.jpg?​225x150 }} | Ci-dessus et à gauche :\\ Reconstitution d'une scène de travail dans les carrières de marbre.\\ Pendant qu'un ouvrier, s'​aidant de pointes et marteau travaille sur la paroi, un autre s'​apprête à déjeuner. Les ouvriers disposaient de baraques pour la pause déjeuner mais, à la belle saison, ils prenaient leur repas à l'​extérieur,​ simplement assis sur un bloc.\\ D'​ordinaire,​ le repas était apporté sur le lieu de travail par les enfants ou les épouses, et consistait en une soupe épaisse (minestrone),​ de pâtes ou, lorsqu'​on venait de tuer le cochon, de polenta et de saucisses [cotechino].\\ Dans la scène à gauche, une épouse apporte le repas à son mari tout en promenant son bébé emmailloté dans la/le [gerla/o]. |  La réalisation du faux bloc de marbre est l'​œuvre de Marina Bianco, celle des mannequins et des costumes de Gabriella Meloni et Giglio Moralli. ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave_vita2.jpg?​225x150 }} | Les ouvriers des carrières de marbre travaillaient souvent à plusieurs mètres de hauteur, suspendus à une corde liée autour de la ceinture, corde attachée à quelque crochet de fortune au-dessus d'​eux.\\ Artimedio Salice, ouvrier de la société Scalini, raconte que chaque matin, avant l'​arrivée des autres ouvriers, il devait descendre le long de la paroi, des sacs de toile de jute attachés aux pieds pour avoir prise sur le marbre. Son travail consistait à détacher des parois les blocs en équilibre à l'aide d'un levier, afin d'​éviter que ces derniers ne tombent en contre-bas pendant les heures de travail.\\ Une bonne dose de courage était nécessaire dans ce travail. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_scalini_sorella1.jpg?​150x225 }} {{ :​media:​marble:​mm_scalini_sorella2.jpg?​150x225 }} | Portraits de deux des cinq filles Scalini. |  Coll. Delia Montanari ​ |
 +|    | Sculptures en marbre de Musso, réalisées par M. Sandri, vers 1950-1960. |  Coll. Delia Montanari ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_sandri_donna1.jpg?​150x225 }} | Visage de femme en marbre noir de Varenna, sculpté par M. Sandri |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_sandri_deposizione.jpg?​225x150 }} | Déposition de croix, réalisée en marbre de Musso par M. Sandri |    |
 +|    | Œuvre de qualité, sculptée par M. Sandri, faisant partie de la coll. Maria Erminia Acquistapace. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_sandri_stemma.jpg?​225x150 }} | Blason de Musso, sculpté par M. Sandri |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_sandri_donna3.jpg?​150x225 }} | Visage de femme, cadeau pour le départ en retraite d'une employée de la société Scalini. |  Prêt : Flavio Bertera ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_salice_donna_mela.jpg?​150x225 }} | Visage féminin et symbole celtique en forme de pomme, sculptés en marbre de Musso par M. Gilberto Salice. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_rampoldi_targa.jpg?​225x150 }} | Petite plaque de marbre gravée en 1949 par M. Ferdinando Rampoldi. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_medeghino_portale_frammento.jpg?​150x225 }} | Ci-dessous :\\ Fragment provenant probablement d'un portail de la résidence du “Medeghino” dans la forteresse haute du “Taglio”.\\ Découvert il y a trois ans lors de travaux de débroussaillage de la partie haute du château, descendu à l'aide de cordages jusqu'​à la carrière, d'où il a pu être apporté au musée. |  Le nettoyage de cette pièce a été réalisé par MM. Giulio Caligari et Matteo Rampoldi. ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave_capomastro.jpg?​150x225 }} | Ce mannequin représente un chef de travaux lequel, mètre et cahier en main, évalue les blocs à tailler et surveille le travail des ouvriers. |  Réalisé par Giglio Moralli, Gabriella Meloni et Paola Morelli. ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cantiere_lago1.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ L'​établissement Scalini sur la rive du lac, l'​atelier appelé “la fornace” [le four].\\ En ce endroit, outre le chargement des grands blocs de marbre sur des bateaux appelés “comballi”,​ étaient concassés les déchets de fabrication,​ transformés en carbonate de calcium ou en granulats.\\ Inutile de préciser qu'une fine poudre blanche se déposait partout aux alentours... |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cantiere_lago2.jpg?​225x150 }} | Ci-dessus :\\ L'​établissement Scalini en rivage du lac, qui défigurait le paysage mais fournit du travail pendant des années aux habitants de Musso.\\ Abattu au début des années 1980, les lieux sont aujourd'​hui occupés par une résidence privée, ainsi qu'un remarquable jardin sur la rive du lac, propriété de la famille Colturri. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cantiere_lago3.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ L'​établissement au bord du lac dans les années 1920. On remarque, au milieu de la végétation,​ le tracé de la piste de descente des blocs de marbre, la “lizza”.\\ De la carrière la plus haute jusqu'​au niveau du lac le dénivelé était de 300 mètres. |  Photo : Fulvio Moroni ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_musso_monumento_caduti.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Musso dans les années 1930, le monument aux morts vient d'​être installé.\\ Il s'​agissait d'une colonne destinée à une grande demeure, mise à l'​écart à cause d'une veine qui brisait un peu l'​esthétique,​ finalement offerte par M. Scalini, le propriétaire des carrières, à la commune de Musso.\\ Près d'un siècle plus tard, elle est toujours là, brillant d'un blanc éclatant au soleil. |  Photo : Fulvio Moroni ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cantiere_lago4.jpg?​225x150 }} | Ci-dessus :\\ l'​atelier où étaient taillés les blocs de marbre selon les dimensions requises. Ensuite ils étaient chargés sur des “comballi” ou, dans les derniers temps, emportés en camion. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cantiere_lago5.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ l'​atelier de concassage des déchets de fabrication,​ pour en récupérer des granulats ou du carbonate de calcium. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_blocco_1945.jpg?​225x150 }} | Ci-dessous :\\ Bloc de marbre sculpté en 1945 par Antonio Semprebon “Bunat”,​ ouvrier de la société Scalini.\\ En cette année, la société Scalini érigea un mur pour contenir les déchets de carrière : l'​ouvrage coûta un million de Lires. Comme embellissement fut insérée cette belle sculpture qui représente les murailles du château et, en bas à droite, l'​emblème de la société.\\ Installé sur la place de la mairie au début des années 1990, un petit groupe d'amis l'a déplacé dans le musée municipal en 2017.\\ Poids : 250 kg environ |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_menaggio_iscrizione.jpg?​225x150 }} | L'​inscription de Lucius Minicius, insérée dans le mur de l'​église Santa Marta à Menaggio. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cantiere_lago9.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Vue des bâtiments sur la rive du lac, dans le lieu dit “la fornace” [le four]. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_musso_1920.jpg?​225x150 }} | Ci-dessus :\\ Vue de Musso dans les années 1920. |  Photo : Fulvio Moroni ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cantiere_lago8.jpg?​225x150 }} | Ci-dessus :\\ Vue du point d'​arrivée du téléphérique à bennes, près du lac, à l'​endroit où depuis plus d'un siècle passe la route.\\ En ce lieu, l'aube du 27 Avril 1945, un petit groupe de partisans bloqua une colonne de l'​armée allemande en retraite, en plaçant un tronc d'​arbre au travers de la route.\\ Dans cette colonne se trouvait Benito Mussolini et ses ministres en fuite, probablement en direction de la Suisse. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cantiere_lago6.jpg?​225x150 }} | Ci-dessous :\\ Les bâtiments sur la rive du lac, où un “comballo” est amarré, en attente de chargement. |  Photo : Fulvio Moroni ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave01.jpg?​150x225 }} {{ :​media:​marble:​mm_cave02.jpg?​150x225 }} | À gauche et à droite :\\ Les ruines du château furent employés comme baraquements par les propriétaires successifs des carrières. Un compresseur pour l'​alimentation des marteaux pneumatiques était installé à l'​intérieur de ces bastions.\\ De ses souvenirs, Artimedio Salice raconte qu'en 1956, une erreur d'​appréciation fit qu'une mine balaya la baraque posée au-dessus et projeta au loin des blocs, provoquant des dommages aux maisons situées en contrebas.\\ À la longue, l'​usage incontrôlé des mines comme méthode d'​extraction a compromis l'​intégrité de la veine de marbre. |  Photo : Fulvio Moroni ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave_lizzatura.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Ouvriers des carrières en train de faire descendre un bloc de marbre en direction du lac, une opération appelée “lizzatura”.\\ À l'aide de leviers et de crics, les ouvriers plaçaient l'un des blocs extraits au sommet de la descente, la “lizza”,​ et le chargeaient sur un traîneau formé de deux troncs liés ensembles. Le bloc était lié au traîneau avec des câbles d'​acier en fonction de son poids, qui pouvait atteindre les 2 tonnes.\\ Ensuite trois ouvriers, sous la direction d'un “capo-lizza”,​ faisaient glisser l'​ensemble,​ plaçant de place en place des morceaux de bois imprégnés d'eau et de savon dans la descente.\\ Malgré la pente très raide, on ne déplora jamais d'​accident grave. |  Photo : Fulvio Moroni ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cantiere_lago7.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Vue des bâtiments au bord du lac. |  Photo : Fulvio Moroni ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave03.jpg?​150x225 }} | À droite :\\ Vue du moteur qui actionnait le câble hélicoïdal de coupe.\\ L'​espace visible dans la photo existe encore mais n'est plus accessible. |  Photo : Fulvio Moroni ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave04.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Le moteur diesel qui entraînait le câble de coupe, tendu par différentes poulies et renvois.\\ Le câble tendu traversait un bassin empli d'eau et de sable, et permettait la découpe des blocs de marbre. |  Photo : Fulvio Moroni ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave05.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ La carrière haute et un bloc prêt à être acheminé vers la “lizza”. |  Photo : Fulvio Moroni ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave06.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Un bloc de grandes dimensions, parachevé à l'aide d'un marteau pneumatique. |  Photo : Emilia Colturri ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave07.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Le fil de coupe en action à proximité des ruines du château. |  Photo : Emilia Colturri ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave08.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Tailleurs de pierre au travail.\\ Beaucoup d'​entre eux, en provenance de la Vénétie, vinrent travailler dans les carrières de marbre de Musso. |  Photo : Emilia Colturri ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave09.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Photo prise à l'​intérieur de la carrière haute.\\ Artimedio Salice, ouvrier, descendait le long de la paroi, accroché à une corde, tous les matins, afin d'en détacher les blocs en équilibre instable. |  Photo : Emilia Colturri ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave10.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Dans la carrière haute, différents blocs sont prêts pour l'​acheminement vers la “lizza”. |  Photo : Davide Barbieri ​ |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave11.jpg?​225x150 }} | Ci-dessus :\\ Vue rapprochée d'une poulie de renvoi du câble hélicoïdal de taille du marbre. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave12.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Ouvriers dans la carrière haute, photo prise vers 1900. Le niveau de la carrière était plus haut que de nos jours. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave13.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ La découpe du marbre avec la technique du fil hélicoïdal. Cette technique a permis une augmentation notable de la production et la réduction de déchets. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave14.jpg?​225x150 }} | Ci-dessous :\\ Photo de groupe d'​ouvriers de la société Scalini :\\ (1) Giovanni Rampoldi “Domingo”,​\\ (2) Giuseppe Toffalori\\ (3) Giovanni Salice “taloo”\\ (4) Artimedio Salice\\ (5) Benvenuto Salice “pecc”\\ (6) le contremaître,​ originaire du Piémont, surnommé “il Busso”\\ (7) Alfredo Bragalli\\ (8) Giovanni Caligari “Piret”\\ (9) Plinio Policarpi\\ (10) son fils Policarpi Italo\\ (11) Mario Tommasi “muderai”.\\ Les surnoms servaient à identifier précisément les personnes. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_cave15.jpg?​225x150 }} | Ci-dessus :\\ Gravure ancienne de la fin du 19e siècle, issue d'un ouvrage publié en langue allemande en Suisse, relatif à la guerre de Musso.\\ On voit en (1) que l'​exploitation des carrières n'​avait pas encore altéré le profil de la montagne, ni trop abîmé les ruines du château.\\ La coulée de déchets visible en (2) a fini par faire disparaître les ruines des murailles du château présentes à cet endroit. |    |
 +|  | Le marbre de Musso dans l'​antiquité |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_antichita1.jpg?​225x150 }} {{ :​media:​marble:​mm_antichita2.jpg?​150x225 }}  | Le 26 juin 1906, durant les travaux d'​élargissement de la route nationale à Musso, à proximité de la chapelle de St Charles Borromée, fut découvert un autel romain en marbre de Musso, haut de 65 cm, dont la table des sacrifices mesurait 80 x 50 cm.\\ Trouvé à une profondeur de 1,50 m, il était situé à l'​intérieur d'un petit temple dont les restes des murs étaient visibles. Dédié à Diane chasseresse,​ cet autel est actuellement conservé dans le musée civique de Come.\\ À gauche, l'​autel\\ Ci-dessus, plan du lieu de la découverte. |    |
 +|  | Les carrières de marbre de Musso font partie d'un ensemble géologique appelé “Sasso di Musso”, un promontoire qui sépare les villages de Musso et de Dongo.\\ Les carrières étaient déjà exploitées par les Romains au 1er siècle ap. J-C, fait attesté par les éléments retrouvés à Chiavenna, Vendrogno, Sorico, Laglio, Appiano Gentile, Incino, Cabiate, Alzate Brianza et Come.\\ Le meilleur exemple d'​utilisation du marbre de Musso sont les colonnes de San Lorenzo, à Milan.\\ Il y a quelques années, dans le hameau de Terza furent découverts quelques marches d'​escalier et des bases de colonnes, lesquelles devaient être partie intégrante d'une villa romaine située sur l'​ancien tracé de la Via Regina. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_antichita4.jpg?​150x225 }} | A droite :\\ Vue partielle des 16 colonnes en marbre de Musso de la basilique de San Lorenzo à Milan. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_antichita3.jpg?​150x225 }} | Ci-dessus :\\ Photo d'un monolithe romain, trouvé Place Mazzini à Come en 1963. |    |
 +|  | Au moyen-âge, le marbre de Musso fut largement employé dans la construction de la cathédrale de Come, en particulier au niveau de la coupole, de la façade, ainsi que pour le Broletto (= palais communal) voisin.\\ La blancheur éclatante de la façade frappa l'​évêque Ninguarda en 1589 qui la décrit comme “Intus e et foris ex candido marmore constructa”.\\ Un document daté du 2 octobre 1621 fournit d'​intéressantes informations sur l'​emploi du marbre : une fois extraits, les blocs de marbre étaient chargés sur des chars et acheminés à Dongo, d'où ils étaient emportés en bateau vers leur destination finale. Les blocs ne devaient pas dépasser les 3 bras de longueur ; pour un navire en charge, le coût du transport était de 42 livres. |    |
 +|  | Les carrières de marbre à l'​époque contemporaine |    |
 +|  | L'​histoire des carrières de Musso est en grande partie liée à celle de la cathédrale de Come. C'est en effet à l'​occasion de la restauration de la cathédrale qu'​elles furent réouvertes.\\ En 1896 les carrières sont concédées à la société “Guido Fossati costruzioni decorative” de Milan. En 1897 elles sont louées à la société “Bogani Antonio” pour une somme annuelle de 400 Lires. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_moderna1.jpg?​225x150 }} | Ci-dessus :\\ Vue récente de la carrière haute prise depuis les fortifications du château. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_moderna2.jpg?​225x150 }} {{ :​media:​marble:​mm_moderna3.jpg?​225x150 }} | Ci-dessus :\\ Logos des sociétés “Bogani” et “Luigi Scalini” |    |
 +|  | C'est à partir de 1911, avec l'​arrivée de la société “Luigi Scalini”, que l'​extraction du marbre, jusqu'​alors exclusivement manuelle, prend une nouvelle dimension. Cette société mit en œuvre des moyens mécaniques,​ en particulier l'​usage du câble hélicoïdal qui révolutionna la taille du marbre.\\ La société “Scalini” poursuit ses activités jusqu'​en 1960, année où elle fait faillite.\\ Enfin, en 1966, la société “Marmi Mecca” de Bolgare (Bergame) présente une demande de concession des carrières de marbre, concession accordée au cours du conseil municipal du 16 novembre 1966, présidé par le maire Giuseppe Salice. |    |
 +|  | L'​exploitation des carrières se réduisit au cours des années 1970. Finalement les monuments historiques prirent la décision de stopper l'​exploitation des carrières afin de sauver ce qui restait du château du “Medeghino”.\\ En effet l'​activité extractive a détruit la majeure partie des ruines des fortifications en laissant, côté Dongo, un trou béant lequel a irrémédiablement altéré le profil de la montagne.\\ Ce qui reste du château est là, comme suspendu au-dessus du vide, en attendant que l'​érosion parachève l'​œuvre de destruction initiée par les Grisons et poursuivie sans interruption par les divers exploitants des carrières. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_moderna4.jpg?​225x150 }} | À gauche : vue aérienne des carrières de marbre.\\ La carrière haute (“cava alta” ou “cava del Taglio”) est sur la gauche ; la carrière basse (“cava bassa”) est située sur le territoire de la commune de Dongo. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_moderna6.jpg?​150x225 }} | À droite :\\ Plan des carrières.\\ Les bâtiments liés à l'​activité extractive sont colorés en jaune.\\ En rouge, le tunnel creusé à flanc de montagne pour décharger les déchets de l'​activité dans la vallée sous-jacente.\\ En vert, ce qu'il reste du château. |    |
 +| {{ :​media:​marble:​mm_moderna5.jpg?​225x150 }} | À gauche :\\ Vue du tunnel creusé pour décharger les déchets de l'​extraction dans la vallée. Long de 20 mètres il débouche dans la paroi à pic. Son accès est aujourd'​hui en partie condamné. |    |
  
fr/captions_marble.txt · Last modified: 2017/08/22 01:13 by admin